Loading...

Tous les fleuves vont à la mer – Poche

Auteur : Elie Wiesel

Édition : POINTS

Poids 0.334 kg
Dimensions 11 × 18 cm

622 pages

40.00

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Description

Enfance heureuse à Sighet, petite ville des carpates longtemps épargnés par la guerre. Fureur et ténébres d’Auschwitz et de Buchenwald: l’adolescent en sort exsangue, l’esprit muet, sans patrie. Mais il conserve en lui ses rêves messianiques, le sourire de Tsipouka, la petite soeur aux cheveux d’or, le regard et les ultimes paroles de son père – secrets qui hantent toute l’oeuvre d’Elie Wiesel et qu’il révèle ici. Quarante ans plus tard, consécration de l’écrivain lorsqu’il reçoit le prix Nobel de le paix.
Ce sont là trois repères dans une vie fertile en bouleversements, ruptures et découvertes.
Elie Wiesel a 17 ans. Le voici à Paris, balloté dans un univers inconnu. Apprendre le français lui paraît alors moins ardu que séduire les jeunes filles dont il tombe amoureux. La naissance d’Israël l’exalte, mais comment aider le jeune état ? Le voici appranti journaliste, un métier qui lui fera parcourir le monde, traquer les scoops, se lier d’amitié avec François Mauriac et Golda Meir, côtoyer personnalités et chefs d’État.
A 30 ans, Elie Wiesel parvient enfin à décrire son expérience de La Nuit, à témoigner pour les martyrs de l’Holocauste. Ainsi commence une oeuvre vouée au souvenir des victimes, à la défense des survivants et de tous les opprimés. Avec les armes de la compassion, de l’amour et parfois de la colère, cette oeuvre et cette vie vont devenir un combat entre le doute et la foi, le désespoir et la confiance, l’oubli et la mémoire. Combat d’un inlassable témoin de la violence des hommes et de leur r^ve d’une Jérusalem pacifiée, idéale.

Livres du même thème

Aller au contenu principal