Loading...

Lumière de l’Intellect

Or ha-Sekhel

Auteur : R. Abraham Aboulafia

Édition : de l'éclat

Catégories : ,
Poids 0.600 kg
Dimensions 17 × 24 cm

296 pages

160.00

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Du même auteur

Aucun livre du même auteur

Description

Dans l’océan textuel et conceptuel de la tradition cabalistique, la figure d’Abraham Aboulafia surgit, portée par une biographie en forme d’auto­biographie qui étonne autant qu’elle fascine. Né à Saragosse en 1240 de l’ère commune, Abraham ben Samuel Aboulafia rend compte dans ses ouvrages de ses pérégrinations méditerranéennes qui le porteront jusqu’aux remparts de Saint-Jean d’Acre à la recherche du fleuve Sambatyon. Mais, dans le parcours de cette vie vagabonde entre la Grèce et l’Italie, Byzance et l’Espagne, l’événement sans précédent qui marquera les esprits et la chronique, c’est la non-rencontre avec le pape Nicolas III en 1280. Les visions qu’il décrit alors, la mission messianique dont il se dit porteur, la mort soudaine du pontife au moment de l’arrivée d’Aboulafia à Rome, son emprisonnement, puis sa libération qui signe le début d’années fructueuses en Sicile, où disciples et détracteurs se succèdent, enfin son excommunication et sa disparition mystérieuse sur la petite île de Comino dans l’archipel maltais ― tout cela scelle à jamais un destin hors du commun dans le ciel de la pensée juive.Lumière de l’intellect (’Or ha-Sekhel), écrit à Messine vers 1283, édité, traduit et annoté ici à partir de trois de ses plus importants manuscrits, est sans doute l’œuvre la plus complexe et complète d’Aboulafia. « Il est indispensable de ­publier … tous les livres d’Abraham Aboulafia, la personnalité la plus importante parmi les cabalistes qui nous sont connus à ce jour. Il faut en tout cas commencer par … le ’Or ha-Sekhel… » écrivait Gershom Scholem à H.?N. Bialik en 1925. C’est aujourd’hui chose faite.À partir de cinq éléments fondamentaux qui sont : l’influx divin, l’homme, la connaissance, le monde et la langue hébraïque, Aboulafia nous dit que l’influx informe l’homme de ce qu’est la totalité du monde, mais que cette connaissance est cachée. Elle est cachée dans la langue sous tous ses aspects. Lettres de l’alphabet (formes, ordres, permutations, combinaisons, fontes, etc.) signes des voyelles (durée, sonorité, place etc.), grammaire, syntaxe, temps des verbes, indiquent tel ou tel aspect du monde, sans pour autant en dévoiler le secret, auquel aura accès toutefois l’homme qui intellige. Et se dessine alors les contours d’une « foi de l’intellect » fondée sur l’intelligence du livre dans ses formes les plus ­multiples qui fonde une théorie du langage sur les principes de la cabale.

Livres du même thème